L’homme à l’oreille croquée

Jean-Bernard Pouy / Gallimard

Les accidents de train, les catastrophes ferroviaires, on lit toujours ça dans les journaux et ça n’arrive qu’aux autres. Mais quand on se retrouve applati contre une jeune femme, sous quarante tonnes de tôle, pendant cinq heures, le mieux est encore de faire connaissance.

A lire / Entré en 2005

Commentaires

L’homme tranquille

Maurice Walsh / 10/18

Après le traité de 1921, les fusils des républicains irlandais et des troupes britanniques se sont tus. Mais la trêve des armes n’est pas celle des sentiments. Dans l’arrière-pays montagneux du sud-ouest de l’Irlande, sur les rives d’une rivière poissonneuse, à la lisières de forêts denses, couve une guerre sans drapeaux ni slogans. Celles que se livrent les héros d’hier, des hommes et des femmes qui ont trop longtemps sacrifié leurs émotions à la cause. Ils se retrouvent à la ferme de Sean, entre frères d’armes, espérant comprendre quelles furent leurs erreurs d’antan. Ils sont tous revenus à Leaccabuie, à l’exception de Nuala, dont le destin tragique hante tous les esprits. Célèbre film de John Ford avec John Wayne et Maureen O’Hara, l’homme tranquille est avant tout un formidable roman.

Non lu / Entré en 2005

Commentaires

Un homme regarde une femme

Paul Fournel / Points

Un homme regarde une femme. Une femme aimée qui est aussi, et avant tout, une actrice. Il l’a regarde jouer, attendre, répéter, espérer, mentir comme son métier l’exige, faire bonne ou mauvaise figure. Lui n’a pas d’autre rôle à jouer, pas de ligne à apprendre. Il la regarde pour mieux la garder.

Lu / Entré en 1998

Commentaires

L’homme qui prenait sa femme pour un chapeau

Oliver Sacks / Points

Oliver Sacks décrit dans ce livre les affections les plus bizarres, celles qui atteignent un homme non seulement dans son corps, mais dans sa personnalité la plus intime et dans l’image qu’il a de lui-même. Il nous fait pénétrer dans un royaume fantastique, peuplé de créatures étranges : un marin qui, ayant perdu le sens de la continuité du temps, vit prisonnier d’un instant perpétuel ; une vieille dame qui caricature dans la rue les expressions des passants, jusqu’à les rendre grotesques et terribles ;un homme qui se prend pour un chien et qui renifle l’odeur du monde ; deux jumeaux arriérés mentaux, capables de calculs numériques prodigieux, qui vivent dans les paysages de chiffres : ce musicien qui, ayant perdu la capacité de reconnaître les objets, prend pour un chapeau la tête de sa femme, et bien d’autres…
Tentatives aussi pour poser les jalons d’une médecine nouvelle, plus complète, qui, traitant le corps, ne refuserait pas de s’occuper de l’esprit, et même de l’âme…

Non lu / Entré en 2004

Commentaires

Terre des hommes

Antoine de Saint-Exupéry / Gallimard

« La terre nous en apprend plus long sur nous que tous les livres. Parce qu’elle nous résiste. L’homme se découvre quand il se mesure avec l’obstacle. Mais pour l’atteindre, il lui faut un outil. Il lui faut un rabot, ou une charrue. Le paysan, dans son labour, arrache peu à peu quelques secrets à la nature, et la vérité qu’il dégage est universelle. De même l’avion, l’outil des lignes aériennes, mèle l’homme à tous les vieux problèmes. » (…)

Lu / Entré en 1999 / plusieurs éditions différentes.

Commentaires

Homo Faber

Max Frisch / Gallimard

Walter Faber, ingénieur, voyage beaucoup, au serviuce de l’Unesco. Il raconte sa vie, ses aventures, ses voyages, à la manière d’un technicien, dans un style précis. Pourtant, à travers ce langage dépouillé, une autre viue s’impose, qui ne se réduit pas à des chiffres ou à une série de coïncidences qur l’on prendrait bien pour le destin.
Au cours de ses voyages, Faber rencontre trois femmes aussi différentes entre elles que les visages différents qu’il leur montre.
Un roman plein d’entrain et de péripéties, qui leur montre l’impuissance de l’homme de la civilisation moderne.

Lu / Entré en 1999

Commentaires

Le vieil homme et la mer

Ernest Hemingway / Gallimard

 » Tu veux ma mort, poisson, pensa le vieux. C’est ton droit. Camarade, j’ai jamais rien vu de plus grand, ni de plus noble, ni de plus calme, ni de plus beau que toi. Allez, vas-y, tue-moi, ça m’est égal lequel de nous deux tue l’autre.
Qu’est-ce que je raconte ? pensa-t-il. Voilà que je déraille. Faut garder la tête froide. Garde la tête froide et endure tonmal comme un homme. Ou comme un poisson.  »

Lu et relu / Présent depuis le début de la collection / Offert récemment par Béatrice C.

Commentaires

L’Homme-dé

Luke Rhinehart / L’Olivier

Depuis qu’il a décidé de jouer aux dés chacune de ses décisions, le docteur Rhinehart, psychiatre new-yorkais, a transformé sa vie en un immense jeu de hasard. Très vite, le « syndrome du dé » se répand. Expérimentateur en chambre, pionnier du chaos, le docteur Rhinehart a peut-être inventé sans le savoir le moyen d’en finir une fois pour toute avec la civilisation. Mais le F.B.I. veille…

Publié au U.S.A. au début des années 70, l’Homme-dé circule dans les campus et devient l’un des premiers livres cultes de la décennie. En pleine libération sexuelle, tandis que l’opposition à la guerre du Vietnam bat son plein, que s’amplifie le soutien aux Black Panthers et à la légalisation de la majiruana. L’Homme-dé apparaît comme un manifeste subversif, affirmant le droit à l’expression de tous les fantasmes.

Lu / Entré en 2001

Commentaires

L’homme au bout du rouleau

Gilles Perrault / Fayard

Dans Le garçon au yeux gris (adapté au cinéma par André Téchiné, avec Emmanuelle Béart), un jeune femme et ses deux enfants sur la route de l’exode se réfugiaient dans une maison inhabitée en compagnie d’un drôle d’adolescent.

L’action de l’Homme au bout du rouleau se situe dans la même maison campagnarde, mais deux ou trois ans plus tard, cette fois, en pleine guerre. Une Delage vient s’y garer. A son bord, Henri, résistant communiste, revenu cardiaque d’un séjour à Moscou ; Renée, une pure et dure du Parti ; et une fille ligotée, Astrid, qu’ils soupçonnent d’avoir dénoncé leur réseau. La maison est propice à toutes les explications, mais aussi au réveil des passions privées, à l’écart des grandes routes de l’histoire…

Commencé / Entré en 2004

Commentaires

Le musée de l’homme

David Abiker / Michalon

Le fabuleux déclin de l’empire masculin

« Au début je croyais qu’un métrosexuel, c’était un type qui avait un sexe suffisamment gros pour le montrer dans le RER en déployant, tel un albatros, les pans de son imperméable. Je me trompais. Un métrosexuel est un type qui va au salon d’esthétique en pline samedi après-midi parce que ni sa femme ni ses filles n’ont envie de l’emmener voir un match de foot féminin. Voilà la vérité.  »

Le Musée de l’homme est une oeuvre totale, totalement inqualifiable. Manuel de lâcheté conjugale, traité de puériculture déjanté, livre noir de la société maternante, lettre d’amour tâchée de gras, bible de père martyr, cahier de tendances pour homme-parasite, pamphlet lubrique et sédicieux… Le Musée de l’homme est tout cela à la fois. C’est surtout une réflexion qui fera date pour comprendre l’avenir des relations homme-femme au XXIème siècle. Dans ce récit hilarant, l’auteur, un jeune père de famille déjà fatigué, cède la place et les commandes aux femmes de sa vie avec un masochisme et une jubilation d’une lucidité déconcertante. Respirez, éteignez la télé et entrez dans le fabuleux déclin de l’empire masculin.

Lu / Entré en 2005

Commentaires

123456

houdaprintemps |
Cavru et son patrimoine bât... |
NIMPORTNAWAK |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mes histoires
| La trampa (entrée)
| Dinosaure & Dragons